Comprendre et prévenir l’allergie au soleil

Environ 10 % d’adultes souffrent d’une allergie au soleil. Cette réaction cutanée peut se présenter de différentes manières, de la simple rougeur à la véritable cloque.

Les différentes formes d’allergie au soleil

L’allergie au soleil peut se présenter de diverses façons, il en existe 4 formes :

  • La lucite estivale bénigne, la plus courante, qui touche surtout les femmes âgées de 15 à 35 ans. Elle apparait souvent après une première exposition au soleil. Cette réaction allergique cesse après une semaine, mais elle peut réapparaitre lors d’une nouvelle exposition au soleil. La plupart du temps, elle survient pendant plusieurs années consécutives avant de disparaitre complètement.
  • La lucite polymorphe qui est plus sévère que la lucite estivale mais est aussi beaucoup plus rare. Elle touche aussi bien les hommes que les femmes. Contrairement à la lucite estivale, elle ne se manifeste pas immédiatement, il faut attendre au moins 12 heures après l’exposition aux rayons de soleil pour que la réaction apparaisse. La lucite polymorphe touche aussi bien le décolleté et les bras que le visage.
  • L’urticaire solaire se manifeste souvent dès les premières minutes qui suivent l’exposition au soleil. Cette forme d’allergie concerne davantage les femmes, surtout celles âgées de 20 à 40 ans.
  • Les réactions allergiques qui apparaissent après l’utilisation de certains médicaments ou cosmétiques. Elles sont dues à la combinaison de certains composants des produits avec les rayons du soleil.

Les symptômes

Une allergie au soleil peut se manifester aussi bien par de simples plaques ou petits boutons rouges que par des démangeaisons intenses et même des cloques. Le temps de réaction de l’organisme dépend du type d’allergie mais aussi de l’intensité des rayons du soleil et du temps d’exposition. Dans le cas d’une lucite bénigne, les premières démangeaisons apparaissent souvent quelques heures après l’exposition alors que la réaction est presque immédiate pour une urticaire solaire. Quant à la réaction allergique due aux produits cosmétiques et médicaments, les symptômes peuvent apparaître 48 heures après l’exposition au soleil.

D’une manière générale, les zones du corps les plus susceptibles de voir apparaitre ces allergies sont les zones qui ne sont pas couvertes, c’est-à-dire le décolleté, les bras et les avant-bras. Il est toutefois possible que certaines zones couvertes soient atteintes. La plupart du temps, les symptômes s’estompent quand la personne se met à l’ombre mais réapparaissent toutefois à chaque nouvelle exposition et peuvent même s’aggraver.

Conseils pratiques – Prévention

La prévention est la meilleure manière d’éviter l’apparition d’une allergie au soleil. Pour cela, il convient de toujours protéger sa peau avec une crème solaire qui indique un niveau de protection adapté au degré d’exposition du lieu où vous vous trouvez. Il faut cependant veiller à renouveler l’application environ toutes les deux heures. Il est aussi important d’éviter les heures où les rayonnements sont les plus intenses. Il est ainsi conseillé de ne pas s’exposer au soleil entre 11 heures et 16 heures et d’augmenter progressivement le temps d’exposition en-dehors de ces plages horaires.

Il est possible de compléter ces mesures préventives en suivant un traitement homéopathique commencé idéalement un mois avant les premières expositions au soleil et poursuivi jusqu’à la fin de l’exposition. Voici un exemple de traitement possible : prendre une dose de Muriatic Acid 7 CH et de Sol 200 K 15 jours avant le départ, le jour du départ et 7 jours après. Les compléments alimentaires à base de caroténoïdes ou de vitamine PP interférent peu avec l’allergie mais ils peuvent préparer la peau à affronter les rayons du solaires.

Contrairement aux idées reçues faire du banc solaire, ne prépare pas la peau à supporter les rayons du soleil. Au contraire, il la fragilise et augmente de 20 % les risques d’apparition de mélanomes, une forme de cancer de la peau.

Traitement médical

Quand l’allergie au soleil se manifeste, le premier réflexe à avoir est de se mettre à l’ombre, puis d’estomper l’éruption cutanée en l’enveloppant avec du linge froid ou en l’aspergeant d’un spray froid. Il est aussi possible d’atténuer les démangeaisons à l’aide d’une application en fine couche d’une crème ou d’une pommade à base de cortisone. La prise d’antihistaminique permet également de diminuer, voire d’arrêter la réaction allergique. S’il n’y a pas d’effet ou si l’allergie s’étend jusqu’au visage, le mieux est de consulter un médecin.

Les confusions possibles

Toute rougeur de la peau après une exposition au soleil n’est pas forcément une réaction allergique. Il peut tout simplement s’agir d’un coup de soleil, qui n’entraine pas de démangeaisons, ou bien de boutons de chaleur qui apparaissent souvent sur le décolleté et qui sont le signe d’une réaction de la peau à une transpiration intense.

L’exposition au soleil peut aussi déclencher l’éruption atopique liée au lupus érythémateux et accentuer l’apparition de boutons d’acné.

Même si de nombreuses personnes font rimer vacances avec soleil et chaleur, mieux vaut prendre ses précautions pour ne pas souffrir de l’allergie au soleil.